JOURNAL

J’AIME MES HORMONES♀

6h07 – 26 SA

Nausées, fatigue monumentale, lassitude extrême et émotivité à son comble ne sont que quelques-uns des symptômes qui ont accueilli ma grossesse. Wow. C’est le fun en maudit porter la vie. Y’a fallu que je me parle, car je me suis dit : OK, c’est ÇA, être enceinte? Je redoutais les 9 mois qui allaient suivre avec une immense appréhension. En plus qu’on oubliait tout de suite le congé de maternité pour moi – les joies de l’entrepreneuriat étant ce qu’elles sont – qui allait plus ressembler à une pause écourtée bien malgré moi des plus compliquées à gérer.

À cela s’ajoute le conjoint, qui ne comprend plus rien et ne me reconnaît plus. « Prend des marches, bouge un peu ça va te faire du bien! C’est bon pour toi et le bébé!» C’est là que tu te dis à toi-même: non, mais il ne sait pas de quoi il parle lui pour demander ça! Quand te rendre au dépanneur du coin s’apparente à gravir l’Everest, fuck la petite promenade santé, on s’entend. Sans parler de la pression bonus que ça ajoute: je ne prends pas de marches, quelle mère indigne je suis, déjà! Parenthèse conseil paternel : à moins que par miracle un jour vous puissiez être enceinte et vivre pendant ne serait-ce qu’une journée à quoi peut ressembler la décharge hormonale qui l’accompagne, restez aux abris et gardez ce genre de conseil pour vous. On le SAIT que c’est bon pour la santé, marcher, de toute façon. Et j’en profite pour insister sur un fait. Prononcer la phrase : « Bon, c’est tes hormones qui te rendent comme ça ? » Seulement la prononcer met en péril votre vie, messieurs. À éviter s’il vous plaît. Et pour ce qui est de vos préoccupations sur la santé de votre bien-aimée et par ricochet la santé de votre futur enfant, laissez l’odieux au médecin de prodiguer ce genre de recommandations. 🙂

Puis après tout cela, alors que tout semble vain, arrive enfin une lueur d’espoir : le miracle du 2e trimestre. Tassez-vous j’arrive ! Comment peut-on passer d’un état quasi dépressif à une bombe d’énergie sans le moindre traitement pharmacologique? La pharmacienne en moi se questionne toujours! Ménage, classement, magasinage, sommeil – le sommeil? Ça sert à quoi ça? Rien n’est à mon épreuve! Je m’en veux d’avoir douté lorsqu’on m’en parlait, mais le fait est que le 2e trimestre venait de me frapper de plein fouet. Pas compliqué j’ai l’impression d’avoir été droguée sans le savoir et d’être sous l’effet des amphétamines tellement je suis habitée d’une énergie et une motivation inhabituelle! Tous mes doutes se sont envolés et c’est à ce moment que je me sens habité d’une confiance inébranlable: finalement, je sens que je vais être une mère pas pire pantoute!

Si tu as la chance de vivre le miracle du 2e trimestre tel que la légende le décrit, tu sauras, toi aussi. En attendant, accroche-toi!

 

Suivez la page Facebook!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.